COVID-19: DERNIER APPEL À LA BONNE GOUVERNANCE EN AFRIQUE

Intérêt: La pandémie de COVID-19 met en danger la vie de nombreux Africains et menace d’inverser la croissance économique du continent. L’économie du continent pourrait changer radicalement en raison de l’impact potentiel de la pandémie sur les échanges commerciaux et les chaînes de valeur, les flux financiers étrangers et les systèmes de santé. Des mécanismes efficaces sont donc nécessaires pour faire face aux nouveaux défis d’un environnement post-COVID 19.

Les prévisions de l’impact de l’épidémie de COVID-19 sur L’Afrique suggéraient qu’elle serait durement touchée par l’épidémie, mais le continent a fait preuve jusque-là de résilience face à la pandémie de COVID-19 (BBC, 2020). Certains facteurs sous-jacents à cette résilience apparente semblent être la démographie du continent – avec 226 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans – représentant près de 20% de la population africaine (Marbot 2020; Nations Unies 2014). Le deuxième facteur de cette résilience pourrait être attribué à l’expérience du continent en matière d’épidémies, car l’Afrique a souffert de nombreuses crises sanitaires mortelles comme le virus Ebola et le paludisme. Par conséquent, l’Afrique semble avoir tiré les leçons et les meilleures pratiques des crises passées, ce qui faciliterait la mise en œuvre de mesures de confinement et d’atténuation dans la lutte contre le coronavirus (Marbot, 2020). Des pays africains tels que le Sénégal ont fait preuve d’un leadership agile et courageux en mettant en œuvre des mesures préventives (interdiction de tous les événements, fermetures d’écoles, mesures de dépistage et de quarantaine) dix jours après le premier cas de coronavirus (Ministère de l’Intérieur, 2020). Madagascar, la Tanzanie et le Cameroun n’ont pas hésité à soutenir l’utilisation de leurs pratiques traditionnelles locales – plantes et substances minérales – pour prévenir et traiter la maladie à coronavirus (Ekonde 2020; Mugabi 2020). Cependant, il est trop tôt pour crier victoire. La région enregistre en Mai 2020, 183 474 cas et 5 041 décès avec 81 367 de personnes rétablies sur une population de 1,3 milliard de personnes (Africa CDC 2020; World Population Review 2020). Plus important encore, les conséquences socio-économiques pourraient être dévastatrices sur le continent africain, car la crise sanitaire pèse lourdement sur les économies du continent. La COVID-19 représente néanmoins une fenêtre d’opportunités pour assurer l’intégration et la collaboration régionales de l’Afrique, diversifier les économies africaines et réorienter les dépenses budgétaires dans les secteurs sociaux et de la santé.

La crise sanitaire actuelle pèse lourdement sur les économies du continent, qui dépendent soit du tourisme soit des exportations de matières premières, notamment d’hydrocarbures. La pandémie a entraîné une forte baisse des prix du pétrole. Une catastrophe pour de nombreux pays africains, fortement tributaire des exportations de produits pétroliers. En mars, le prix du pétrole brut Brent par baril, s’est échangé à seulement 20$ sur les marchés alors qu’il était encore supérieur à 50$ en février de cette année (Krauss, 2020). Le Nigéria, par exemple, principal producteur d’hydrocarbures sur le continent, est particulièrement vulnérable à la forte baisse des prix du pétrole puisque la production de pétrole représente plus de la moitié des recettes publiques (Bala-Gbogbo, 2020). En outre, des pays tels que l’Angola, le Gabon, le Congo et la Guinée équatoriale dépendent considérablement des ressources minérales, dont le pétrole, qui représentent une part considérable du produit intérieur brut (PIB) (Boko, 2020). Par conséquent, il est essentiel de diversifier davantage les économies africaines en investissant et en soutenant les petites entreprises et les startups dans l’agriculture, le tourisme et les industries liées à la technologie.

L’Afrique devrait tirer parti de ses riches ressources agricoles en améliorant les infrastructures de base et leur efficacité, car cette pandémie menace la sécurité alimentaire en Afrique (Ehui 2020). Il est crucial que l’Afrique profite de l’ère numérique pour faire progresser les productions et les services dans le secteur agricole. En effet, les technologies numériques sont un pilier indispensable des stratégies contemporaines de réduction de la pauvreté dans le monde (Bitange & Weiss 2017). Elles pourraient offrir aux gouvernements africains de nouvelles façons de relever les défis sociaux et de stimuler la croissance économique. Par exemple, l’utilisation du « Big Data » (les mégadonnées) et du « Machine Learning » (apprentissage automatique) pourraient augmenter considérablement la productivité agricole du continent. Les mégadonnées pourraient « fournir aux agriculteurs des données granulaires sur les régimes pluviométriques, les cycles de l’eau, les besoins en engrais » et « conseiller les petits agriculteurs et aider à orienter les efforts de surveillance des insectes ravageurs à travers le continent » (McDaniel 2020; Gumbi 2018).

La pandémie ayant mis en évidence le manque d’infrastructures de santé publique appropriées, l’Union africaine (UA) et le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies (CACM) devraient fournir davantage de ressources financières pour soutenir les initiatives de santé publique des États membres et renforcer les capacités de leurs institutions de santé publique (CDC Afrique, 2020). De plus, les gouvernements africains devraient investir davantage dans la recherche scientifique avancée et l’expérimentation scientifique pour détecter, prévenir, contrôler, répondre rapidement et efficacement aux menaces de maladie et améliorer également la qualité des traitements traditionnels. Plus précisément, le continent devrait améliorer la médecine traditionnelle locale car elle est une méthode de guérison ancienne liée à la culture africaine avec une forte valeur identitaire pour la communauté et a prouvé son efficacité à travers les âges (Abdullahi, 2011 p.115). Par conséquent, les gouvernements africains post-COVID-19 devraient envisager des pratiques de soins de santé qui incluent à la fois la médecine traditionnelle et conventionnelle « moderne ».

En outre, l’Afrique doit renforcer le commerce intra-régional en développant des efforts de collaboration pour régulariser les politiques commerciales, les contrôles douaniers, abaisser les barrières tarifaires et non tarifaires, et améliorer les infrastructures et la connectivité pour réduire les coûts logistiques. Cette crise rappelle aux africains qu’ils devraient renforcer la solidarité et la coopération entre pays en prenant des mesures plus concrètes pour réaliser les principaux objectifs de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) entrée en vigueur avec succès en mai 2019 (Shahin, 2020). ZLECA est la plate-forme centrale des efforts de développement de l’Afrique pour promouvoir le commerce intra régional et l’intégration des économies des pays africains en se focalisant sur la réduction des tarifs, la suppression des barrières non tarifaires et l’unification des règles douanières parmi ses États membres. Un grand pas vers l’intégration africaine.

En conclusion, les pays africains post-COVID-19 devraient se concentrer sur le changement systémique dans divers secteurs pour promouvoir un développement plus soutenu et inclusif et adopter des technologies qui pourraient faire progresser les productions et les services. L’intelligence artificielle pourrait transformer l’éducation de base dans de nombreux pays africains et renforcer le système éducatif, en particulier la formation et l’apprentissage liés aux compétences numériques dans divers secteurs, y compris le secteur agricole. Les États membres de l’UA devraient apporter des changements économiques structurels pour accroître les capacités institutionnelles, techniques, administratives et politiques de l’État dans un monde post-COVID-19.

REFERENCES/BIBLIOGRAPHIE

Abdullahi, A., A. (2011). Trends and challenges of traditional medicine in Africa. African journal of traditional, complementary, and alternative medicines : AJTCAM, 8(5 Suppl), 115–123. https://doi.org/10.4314/ajtcam.v8i5S.5

Africa CDC. (2020, May 7). Coronavirus Disease 2019 (COVID-19). Retrieved from Africa CDC: https://africacdc.org/covid-19/

BBC. (2020). Coronavirus: Africa Could Be Next Epicentre. Retrieved from WHO warns. https://www.bbc.com/news/world-africa-52323375

Ndemo, B. & Weiss, T. (2017). Making Sense of Africa’s Emerging Digital Transformation and its Many Futures, Africa Journal of Management, 3:3-4, 328-347, DOI: 10.1080/23322373.2017.1400260

Boko H. (2020) Coronavirus en Afrique : “La récession sera bien plus grande que la crise économique de 2008”. France 24. Retrieved from https://www.france24.com/fr/20200322-coronavirus-en- afrique-la-r%C3%A9cession-sera-bien-plus-grande-que-la-crise-
%C3%A9conomique-de-2008

Ehui S. (2020, May 14). Protecting food security in Africa during COVID-19.
The Brookings Institution. Retrieved from https://www.brookings.edu/blog/africa-in- focus/2020/05/14/protecting-food-security-in-africa-during-covid- 19/

Ekonde D. (2020, May 5). The challenge with African countries promoting traditional cures for Covid-19 without research. Quartz Africa.
Retrieved from https://qz.com/africa/1852069/african-countries- want-to-boost-traditional-cures-for-covid-19/

Krauss, C. (2020, March 31). Oil Companies on Tumbling Prices: ‘Disastrous, Devastating’. The New York Times. Retrieved from The New York Times: https://www.nytimes.com/2020/03/31/business/energy- environment/crude-oil-companies-coronavirus.html

Marbot, O. (2020, May 5). Coronavirus: Unpacking the theories behind Africa’s low infection rate. The Africa Report Retrieved from https://www.theafricareport.com/27470/coronavirus-unpacking- the-theories-behind-africas-low-infection-rate/

McDaniel, S. (2019, July 18). Big Data and Agriculture: A Complete Guide.
Talend. Retrieved from https://www.talend.com/resources/big- data-agriculture/

Mugabi I. (2020, May 05) COVID-19: WHO cautions against the use of traditional herbs in Africa. DW News. Retrieved from https://www.dw.com/en/covid-19-who-cautions-against-the-use- of-traditional-herbs-in-africa/a-53341901

Bala-Gbogbo, E. (2020, March 4). Nigeria Considers Budget Review After Covid-19 Hits Oil Prices. Bloomberg News. Retrieved from https://www.bnnbloomberg.ca/nigeria-considers-budget-review- after-covid-19-hits-oil-prices-1.1400185

Ndumi Ngumbi E. (2018, August 20). African agriculture has a lot to gain from increased access to big data. The Conversation. Retrieved from https://theconversation.com/african-agriculture-has-a-lot-to- gain-from-increased-access-to-big-data-101400

République du Senegal, Ministere de l’enseignement Superieur de la Recherche et de l’Innovation. (2020). ARRÊTÉ N° 007782 du 13 Mars 2020 portant interdiction provisoire de manifestations ou rassemblements. Retrieved from http://www.mesr.gouv.sn/coronavirus-le-president-de-la- republique-macky-sall-prend-plusieurs-mesures/

Shahin, M. (2020, May 22). How Will the Coronavirus Crisis Affect Africa’s Developmental Focus? Retrieved from The Cairo Review: https://www.thecairoreview.com/covid-19-global-crisis/how-will- the-coronavirus-crisis-affect-africas-developmental-focus/

United Nations. (2014). Assessing progress in Africa toward the Millennium Development Goals Analysis of the Common African Position on the post-2015 Development Agenda. Retrieved from

http://www.undp.org/content/dam/rba/docs/Reports/MDG_Africa
_Report_2014_ENG.pdf

World Population Review (2020). Growth and Life Expectancy. World Population Review. https://worldpopulationreview.com/continents/africa-population/

Emamsy Mbossa Ngossoh

 

Pin It on Pinterest